Bien préparer l’arrivée de la petite sœur ou du petit frère

Conseils de Franck pour préparer l’arrivée de la petite sœur ou du petit frère

– Ne pas en parler trop tôt à l’ainé (Franck a attendu les 3 derniers mois).
– Expliquer progressivement à l’ainé et utiliser différents supports (vidéo, audio, …) pour mettre l’enfant en situation et qu’il puisse imaginer le mieux possible l’arrivée de la petite sœur ou du petit frère.
– Si des proches peuvent garder l’ainé pendant l’accouchement, utiliser cette chance.
– Continuer à expliquer à l’ainé même lorsque la petite sœur ou le petit frère sont nés
– Valoriser l’ainé et le rôle qu’il peut jouer
– À noter que lorsqu’un petit frère ou une petite sœur arrive, l’ainé s’il a 2-4 ans peut avoir à nouveau quelques accidents de propreté, ne nous inquiétons pas, cela peut être normal

Interview avec Franck

Salut Franck, ravi d’être avec toi et de partager l’arrivée de ta deuxième fille, Charlotte, qui a 1 mois aujourd’hui et qui est la petite sœur de Justine, âgée de 2 ans et demi.

Dans un premier temps, comment as-tu annoncé et préparé la venue de la petite sœur Charlotte ?

Salut, Antoine, nous avons décidé avec ma femme de ne pas prévenir Justine trop tôt. Pour un enfant qui n’avait pas 2 ans au moment de la grossesse, ça pouvait être difficile de comprendre toute cette attente.

Nous avons eu un exemple dans la famille où les parents ont annoncé à la grande sœur, âgée de 5-6 ans qu’elle allait avoir un petit frère. Pendant 9 mois elle a attendu, attendu et c’était plus difficile à gérer. Nous avons donc préféré attendre avec ma femme. Nous avons attendu les 3 derniers mois avant l’accouchement pour lui dire et lui expliquer même si elle voyait bien que sa maman était fatiguée et qu’elle prenait du ventre.

D’ailleurs, j’ai une anecdote assez marrante. Justine voulait faire comme maman, elle disait qu’elle avait aussi un bébé dans le ventre en prenant une serviette, et en la mettant sous son T-shirt en disant « bébé ».

Connaissant le sexe de l’enfant, nous lui avons annoncé que c’était une petite sœur. Nous lui avons fait toucher le ventre, le bébé était déjà très actif, elle a pu sentir que maman avait « quelque chose » dans le ventre et que ce n’était pas juste du fait qu’elle avait beaucoup mangé. À la maison, nous avons quelques livres adaptés aux enfants qui expliquent un petit peu les grandes sœurs ou grands frères. Nous avons donc expliqué qu’elle allait avoir elle aussi une petite sœur, qu’elle pourra s’en occuper, lui montrer tout ce qu’elle fait, lui apprendre des choses.

Tu as donc montré à Justine que c’était une personne avec qui elle pourra jouer et partager d’agréables souvenirs.

Oui, mais nous ne lui avons pas dit qu’elle pourrait jouer avec, étant donné que nous ne savions pas trop la réaction de Justine lorsque Charlotte naîtrait. Nous lui avons juste dit qu’un autre bébé allait arriver. Ayant la chance d’avoir des bébés dans la famille, elle avait déjà une idée de ce que c’était.

Ça lui a donc permis d’imaginer déjà comment allait être Charlotte.

Voilà, exactement. Nous lui avons expliqué petit à petit, dans le temps, pour que ça arrive tranquillement dans son esprit. Nous ne pouvons pas leur demander de tout comprendre d’un seul coup, sachant qu’à 2 ans, Justine évolue énormément.

Merci Franck. Il faut donc expliquer les choses progressivement.

Oui, exactement.

As-tu des références de livres à donner pour la communauté ?

Sur internet, tu as des comptines pour les enfants. Dans la comptine, on lui montrait qu’il y avait des enfants et qu’il y avait un petit enfant qui naissait. Elle aimait bien Tchoupi. Nous avons trouvé un épisode où Tchoupi a une petite sœur. Nous avons donc utilisé des images, des paroles, des chansons qui amènent petit à petit l’enfant à se mettre en situation de grande sœur.

Pour la préparation, il faut donc ne pas hésiter à utiliser différents supports pour que l’enfant puisse imaginer le mieux possible.

Oui, tout à fait. Par exemple, dans la rue lorsque nous nous promenions et voyons un enfant avec un autre bébé dans la poussette, nous expliquions également.

Merci, Franck. Maintenant, passons au jour J, comment ça s’est passé ? Comment fut l’attitude de Justine ?

Pour l’accouchement, nous avons eu de la chance. Mes parents sont montés quelques jours avant pour nous aider à préparer la naissance. Partir avec Justine de la maison, en pleine nuit, ça n’aurait pas été évident… Mes parents se sont donc occupés de Justine au moment où ça allait arriver. Nous avons donc pu partir tranquillement à l’hôpital avec ma femme. Mes parents ont expliqué que maman était partie pour l’accouchement et Justine a été très sage. Elle était toute contente de voir Charlotte le lendemain. La première réaction de Justine le lendemain a été de vouloir prendre Charlotte dans ses bras.

C’est un peu comme sa poupée qu’elle avait tenue dans ses bras auparavant.

Oui. Nous lui avons quand même bien réexpliqué que le bébé était fragile. Nous l’avons bien installée pour qu’elle ne bouge pas. Elle était toute contente et fière de tenir sa sœur dans les bras.

Aujourd’hui, nous sommes dans la phase où Charlotte fait bien partie de la famille. Comment ça se passe actuellement ? Justine est-elle toujours aussi contente d’avoir une petite sœur ?

Nous avions eu un petit peu peur, ma femme ne travaillant pas, elle a toujours gardé Justine à la maison et elles étaient donc toujours ensemble pendant plus de 2 ans. La maman ne va plus pouvoir porter autant d’attention. Je me suis donc davantage occupé de Justine pour essayer de combler ce transfert d’attention de Justine à Charlotte que la maman a dû faire, même si je suis au travail la journée. Pour l’instant, Justine n’a pas montré de signe de jalousie ou de méchanceté vis-à-vis de sa sœur du fait que sa maman s’occupe moins d’elle. Justine est toujours en demande d’être avec Charlotte. Dès qu’on peut, nous n’hésitons pas à les mettre ensemble. Nous continuons à expliquer à Justine les différences, par exemple, lorsque Charlotte crie, nous disons à Justine de ne pas avoir peur.

Lorsque tu expliques à Justine les différences avec Charlotte, comment le fais-tu ? En montrant que Charlotte est un bébé et que Justine est la grande ?

Oui, en valorisant Justine. On explique à Justine et on lui montre qu’il y a des choses qu’elle peut faire à 2 ans et qu’elle sait les faire, mais que Charlotte ne peut pas les faire. Par exemple, lorsque nous allons nous promener, Charlotte étant dans la poussette ne peut pas courir, ne peut pas marcher tandis que Justine peut.

Justine ayant 2 ans est dans un âge où elle découvre et a envie de faire plein de choses. Nous lui expliquons qu’elle peut le faire et que nous allons l’aider car elle a la possibilité physique et intellectuelle tandis que Charlotte pour l’instant ne peut pas. Plus tard quand Charlotte va grandir, Justine, comme elle aura appris, pourra expliquer à sa petite sœur. Ce sera à elle d’aider papa et maman pour faire grandir sa petite sœur sur des choses qu’elle a apprises. C’est impliquer quelque part la grande sœur dans « l “éducation » de la petite sœur.

Finalement pour un papa, l’arrivée d’un nouveau-né est une bonne chose, ça te permet d’avoir plus de complicité avec tes enfants, de partager plus de moments.

Oui, mais c’est important de ne pas être qu’avec l’ainé pour ne pas non plus dévaloriser le deuxième enfant. C’est vrai que j’ai beaucoup plus de moments partagés avec Justine parce que la maman peut moins s’en occuper et que Justine demande une attention d’un des 2 parents. Donc elle a reporté beaucoup plus ses demandes et son attention sur moi. Il y a eu une période où Justine disait que papa aimait Justine et que maman aimait Charlotte. Il a fallu donc expliquer que son papa aime Justine et Charlotte et que sa maman aime Charlotte, mais Justine aussi.

D’après ce que tu dis, il faut toujours bien expliquer que l’amour des parents pour l’ainé reste le même bien qu’il soit partagé.

Oui, tout à fait.

Merci beaucoup, Franck, pour cet interview. Je te souhaite tout le bonheur du monde avec ta famille qui s’agrandit.

Liens associés

  • 41
    Auteur : Antoine Herman - Publié le : 11 nov. à 20:21 C'est la première question qui m'est venue à l'esprit en lançant le forum. Pour ma part, je privilégierai la complicité avec mes futurs enfants. Mon souhait est d'être perçu comme un "référent" et de pouvoir leur apprendre le…
    Tags: papa, a, plus, petit, maman, était, petite, ne
  • 32
    Conseils de Julien : - Les choses peuvent aller très vite, Marie n'est tombé enceinte qu'une semaine après l'arrêt de la pilule ! - Pour éviter les conflits, laisser votre compagne faire les choses comme elle les ressent - Pour les courses, Julien recommande l'application "Alimentation Grossesse" (disponible sur l'App…
    Tags: l, d, a, ne, était, plus, avons, lui, papa
  • 31
    Conseils de Sam pour bien préparer son expatriation - S’assurer que tout le monde est d’accord pour le projet. - Bien en parler à son enfant (même si c’est un enfant en bas âge). - Séquencer le mieux possible les différents événements pour mieux s’organiser. - Les moyens de communication…
    Tags: l, d, ne, a, avons, papa
  • 30
    Conseils d'Alan : - La cuisine peut être un élément pour transmettre sa culture - Alan et Maddévie n'adaptent pas leur modèle d'éducation, ce sont les enfants les arbitres, et qui choisissent les bons côtés des 2 cultures. Interview : Bonsoir, Alan. Je rappelle que tu es le mari de…
    Tags: a, l, qu, plus, ne, papa, d, avons
  • 30
    Depuis toujours, dans notre société, les mamans ont reçu des messages leur disant qu’elles sont pourvues naturellement d’un instinct maternel. En résumé, quoiqu’il arrive, la Maman aura un don pour l’éducation de son enfant qu’elle l’aimera forcément. Mais être Maman demande des compétences. Est-il inné de connaître la façon de…
    Tags: l, ne, maman, papa, d, qu, avons

Laisser un commentaire