Engorgement mammaire : symptômes, le soulager

Avec l’allaitement maternel viennent souvent quelques désagréments qui ne sont pas toujours faciles à gérer. On en entend souvent parler mais on ne sait pas toujours ce dont il s’agit précisément ni quoi faire. Nous parlerons dans cet article de l’engorgement mammaire et de tout ce que vous devez savoir sur le sujet ! Il est très important de se sentir bien et à l’aise, en particulier durant l’allaitement, et de prendre soin de soi et de son corps. Donc que vous soyez en train de vous renseigner pour le grand jour ou que vous soyez déjà dans le pétrin, asseyez-vous et voyons ce sujet ensemble !

Quels sont les symptômes de l’engorgement mammaire  ?

Si vous souffrez d’un engorgement mammaire, vos seins sont durs, tendus, douloureux, brillants et rouges. Le mamelon s’aplatit. Vous pouvez avoir 38°C de fièvre. Un engorgement pathologique est très douloureux.

Un engorgement des seins apparaît principalement durant le premier mois d’allaitement maternel après la grossesse. Les mamans rencontrent souvent des problèmes avec leurs seins après trois jours d’allaitement. D’autres encore auront des engorgements plus tardifs, entre quatre et six semaines.

Dans cet article, nous distinguerons l’engorgement pathologique (tardif) et la congestion mammaire (engorgement vasculaire) qui survient au troisième jour, souvent confondus. Nous parlerons de ces deux cas.

Qu’est-ce que l’engorgement mammaire ?

Comme nous l’avons déjà brièvement vu, l’engorgement est un problème fréquent au cours de l’allaitement.

Dans un premier temps, il y a la congestion lors des premiers jours d’allaitement, lors de la montée de lait. Cette congestion est d’origine hormonale et couplée à l’augmentation de la production lactée, elle mène à un engorgement lorsque les tétées ne sont pas suffisamment fréquentes et efficaces. On parle d’engorgement vasculaire. Après le délai d’un mois, de telles congestions sont plus rares puisque les grandes variations hormonales auront disparu.

Mais il arrive toutefois que ces engorgements interviennent plus tard (engorgement tardif). La cause principale est une tétée insuffisante. Cela se produit lorsque la succion de votre bébé est trop faible où lorsque vous ne donnez pas suffisamment le sein (fréquence des tétées insuffisante). Il se peut qu’il y ait un moment de séparation entre le bébé et la maman et que celle-ci ne pense pas à exprimer un peu de lait. Il peut également s’agir d’un arrêt brusque de l’allaitement. Dans d’autres cas, il arrive que le stress de la mère gène le déclenchement du réflexe ocytocique, provoquant un engorgement permanent. Le principe est le même, le lait stagne dans la glande mammaire.

Rassurez-vous, un engorgement est normal après la naissance de votre bébé. Quelques fois, certains facteurs font que cet engorgement prend des proportions énormes ou qu’il nuit à votre allaitement. Mais il y a des solutions et des manières de soigner les engorgements et de soulager vos seins ! Voyons les deux cas de figure plus en détails :

L’engorgement vasculaire ou congestion

L’engorgement vasculaire ou congestion intervient après la naissance du bébé. Cet engorgement est parfois appelé « montée du lait », ce qui n’est pas tout-à-fait faux. Mais il s’agit réellement d’un engorgement de 3 liquides : le lait, le sang et l’œdème (l’inflammation de la structure des seins). La majorité des mères sentiront quelques jours après l’accouchement un remplissage, une tension dans leurs seins. C’est parfaitement normal puisque le sang qui allait jusque là au placenta, se dirige maintenant vers les seins. Le cerveau sait à l’accouchement qu’il faut du sang pour créer du lait (lactogenèse) et nourrir l’enfant. C’est ce sang qui amènera des rougeurs aux seins et les rendra chauds. L’inflammation de tous ces liquides dans les glandes mammaires alors qu’il n’y en a jamais eu autant provoque un engorgement. Après création du lait, celui-ci prend les canaux galactophores pour arriver dans la bouche du bébé à la tétée.

L’engorgement tardif ou engorgement pathologique

En général, ce type d’engorgement apparaît vers 5-6 semaines d’allaitement. Il s’agit tout simplement du lait qui stagne dans les seins.

En général, c’est la manière dont la maman gère l’allaitement qui est en cause : pendant l’allaitement mixte par exemple, certaines mamans donnent de plus en plus de biberons sans tirer leur lait. Ou encore, elles font trop attendre leur bébé pour les tétées ou les espacent trop. Pour résumer, la fréquence des tétées est insuffisante, ou la succion en elle-même est trop faible. Dans tous les cas, le lait reste dans les seins au lieu d’en sortir !

Ensuite, vu que le lait bloque les canaux lactifères, il n’y a plus de vidange normale du lait, ce qui provoque une inflammation. Ce blocage est très douloureux.

Il arrive dans certains cas que des mamans aient des problèmes de surproduction de lait. Il faut dans ce cas là ne faire téter que d’un sein à la fois pour diminuer le message de production de lait. Sinon, il y a trop de lait pour le bébé qui ne vide jamais les seins complètement. Le lait stagne et le problème est le même, pouvant mener à un engorgement pathologique ou à une infection.

En plus, lors d’un très gros engorgement, les mamelons s’aplatissent, le bébé ne peut donc pas correctement les prendre en bouche ce qui empire le problème et est d’autant plus douloureux pour la mère.

Explication du mécanisme d’engorgement

  1. Stagnation du lait maternel entraînée par une production lactée supérieure à la consommation ;
  2. Congestion des vaisseaux sanguins ;
  3. Circulation lymphatique réduite ;
  4. Formation d’œdème menant à une hyperpression de la glande ;
  5. Circulation sanguine, lymphatique et écoulement du lait bloqués
  6. Engorgement mammaire

Symptômes à surveiller lors d’un engorgement

Consultez un médecin si les douleurs augmentent ou si vous avez de la fièvre et des frissons. Consultez aussi si l’engorgement dure plus de 24 heures ou si votre sein devient plus dur car il pourrait y avoir abcès. Le médecin cherchera les signes de complications. Si vous avez un abcès, jetez le lait que vous tirez, il est infecté.

Risques de l’engorgement

Si un engorgement n’est pas soigné, il mènera à une lymphangite ou mastite qui est une inflammation du sein et à l’infection avec un abcès du sein.

La lymphangite est une inflammation des vaisseaux lymphatiques du sein. La peau devient rouge au-dessus et autour du mamelon. Très vite, vos seins deviennent rouges, chauds et douloureux. Vous devez voir un médecin très rapidement, avant l’apparition d’une galactophorite ou d’un abcès du sein. Il vous faudra un traitement antibiotique. Vous pouvez faire des pansements alcoolisés à humidifier. En fonction du stade de la lymphangite et de l’antibiotique utilisé vous devrez peut-être arrêter l’allaitement temporairement et utiliser un tire-lait. La lymphangite peut guérir en 8 à 10 jours.

Vous risquez également d’avoir des crevasses sur vos seins.

Comment soulager un engorgement mammaire ?

  • Prenez une douche chaude sur les seins et utilisez un tire-lait. Cela vous permettra de patienter en attendant que le problème soit résolu. Vous pouvez louer un tire-lait en pharmacie. (Lisez notre article sur l’allaitement mixte pour savoir absolument tout sur les tire-laits, comment les choisir, comment les utiliser, et les conseils et astuces !) ;
  • Si nécessaire, il existe des médicaments qui coupent la montée laiteuse ;
  • Augmentez le nombre de tétées ou utilisez un tire-lait si la douleur est trop vive ;
  • Massez le sein de manière circulaire (massage aréolaire), de l’extérieur vers l’intérieur avant la tétée. La douche peut faciliter le massage. Vous pouvez appuyer sur le sein à l’horizontale vers le mamelon ;
  • Vous pouvez exprimer le lait manuellement en prenant le sein dans la main à 3 centimètre du mamelon ;
  • Vous pouvez aussi mettre des compresses froides sur les seins pour diminuer le gonflement. Vous pouvez aussi mettre une poche de glace ou gant froid pour diminuer l’œdème et la congestion vasculaire ;
  • Prenez soin de vos tétons et faites des soins locaux pour limiter le risque de crevasses ;
  • Donnez le sein autant que possible sans limiter la consommation ;
  • Ayez une bonne alimentation ;
  • Prenez du repos ;
  • Faites-vous aider à la maison ;
  • Traitez vos blessures aux seins ;
  • Vidangez vos seins régulièrement ;
  • Si vos aréoles sont dures, appliquez des compresses chaudes avant la tétée et exprimer un peu de lait manuellement pour assouplir les tissus. Le bébé pourra téter plus facilement ;
  • Ne videz pas vos seins en cas d’engorgement. Il vous faut juste libérer du lait pour vous soulager et indiquer au cerveau qu’il y en a trop. En vidant complètement vos seins engorgés, vous pouvez dire au cerveau d’en fabriquer plus. Il vaut mieux faire couler peu mais très souvent ;
  • Couchez-vous davantage sur le dos pour diminuer le processus d’inflammation ;
  • Faites des compressions sur les bosses qui apparaissent pendant la tétée ;
  • Faites des mouvements des épaules pour activer la circulation et libérer le contenu des seins ;
  • Faites-vous masser le dos pour activer la circulation ;
  • Vous pouvez appliquer des feuilles de choux sans recouvrir l’aréole ;
  • Utilisez un bon soutien-gorge pour soutenir la poitrine sans l’écraser. Par exemple, vous pouvez prendre un soutien gorge d’allaitement qui maintiendra mieux les seins et pourra s’ouvrir par le devant pour faciliter l’allaitement ;
  • Faites des cataplasmes d’argile ;
  • Les physiothérapeutes utilisent la technique des ultrasons pour traiter les seins engorgés par micro-massage (Utilisez une brosse à dent électrique à la maison) ;
  • Vous pouvez utiliser des analgésiques avec l’allaitement pour vous soulager ;
  • Tout ce qui détend la mère est à recommander ;
  • Il peut arriver dans les cas majeurs que de l’ocytocine soit administrée avant une tétée ou une extraction de lait.

A ne pas faire

N’arrêtez surtout pas de donner le sein parce que c’est douloureux, vous aggraverez le problème. Ne limitez pas les tétées et faites couler du lait le plus souvent possible. Si les tétées sont fréquentes, le sein ne s’engorge pas.

Si vos seins sont engorgés, la dernière chose qu’il vous faut est une restriction hydrique. Il vous faut beaucoup d’eau, beaucoup de liquides. Ne prenez pas de diurétiques. Ne bandez pas vos seins de façon serrée. Tout ceci est douloureux, voire dangereux !

Prévention des engorgements

  • Faites des tétées fréquentes sans limiter leur nombre ou leur durée. Faites téter dès que votre bébé présente des signes d’éveil ;
  • Lors du sevrage, avec la diversification alimentaire ou la reprise du travail, laissez-vous du temps afin qu’il ne soit pas trop brutal ;
  • Si vous avez du mal à trouver la bonne position pour allaiter, une consultante en lactation peut vous aider afin que votre enfant prenne bien le sein et tète efficacement ;
  • Alternez les seins d’une tétée à l’autre ;
  • Si votre bébé ne prend pas assez le sein, vous pouvez tirer votre lait à l’aide d’un tire lait électrique ou d’un tire lait manuel de temps en temps ;
  • Essayez d’être détendue et reposée lorsque vous allaitez ;
  • Portez un soutien-gorge qui ne comprime pas vos seins ;

En conclusion de cet article nous vous souhaitons beaucoup de courage pour faire face à ces désagréments et prendre le plus de plaisir possible à l’allaitement de votre enfant. Nous espérons que cet article vous aura aidé et renseigné. N’oubliez pas que le mieux, c’est de donner le sein à la demande et sans limitation. Rappelez-vous que toute douleur ou tension du sein doit vous inciter à augmenter la fréquence des tétées

Liens associés

  • 70
    Nous avions à cœur de vous présenter cet article sur l’allaitement mixte. L’allaitement mixte va toucher tous les parents à un moment ou à un autre, et ce, quelques soient les raisons, que ce soit lors du sevrage de votre bébé, par obligation ou par choix personnel. L’allaitement est un…
    Tags: l, lait, allaitement, d, plus, ne
  • 53
    Très fréquentes chez les bébés de moins de 8 mois, les croûtes de lait, contrairement à ce que laisse penser leur nom, n’ont rien à voir avec le lait. Ce trouble bénin, appelé dermite séborrhéique par le corps médical, concerne près de deux tiers des bébés. Il est dû à…
    Tags: d, lait, l, ne
  • 49
    Cela peut paraître une évidence : nous sommes des mammifères et les seins sont faits pour produire du lait, afin de nourrir le bébé humain. Mais, ils ne sont pas que cela : les seins, sont des zones extrêmement érogènes. Les mamelons et les aréoles ont une grande quantité de terminaisons nerveuses…
    Tags: l, d, allaitement, seins
  • 41
    Augustin, Papa de 2 enfants, nous parle de son expérience sur l'allaitement maternel et pourquoi cela lui a amené à lancer BBletché. Dans cet interwiev, vous trouverez différents conseils avec même des conseils de "grand mére". Bonjour Augustin, pour commencer, comment partages-tu ton temps avec ta famille et ton activité…
    Tags: lait, ne, plus, d, allaitement
  • 37
    Les mamans qui allaitent leur bébé font parfois face à des désagréments douloureux tels que les crevasses. Les crevasses au mamelon sont assez courantes. Elles peuvent inquiéter et être difficiles à guérir. Leur cause peut également être difficile à déterminer. Ne vous inquiétez plus, on fait le point sur ces…
    Tags: sein, ne, vos, plus, pouvez, seins

Laisser un commentaire