Sevrage de bébé : comment le réussir ?

Comme toute période de transition, le sevrage de bébé est parfois difficile à gérer pour la maman, le bébé, et le papa. Il est possible qu’à cause qu’un manque d’information, de conseils mal avisés de certains soignants, ou de l’entourage, le sevrage de bébé ne se déroule pas toujours comme prévu.

De plus les mamans ont souvent peur de couper un lien fort avec leur bébé, et très vite se ressent la culpabilité. Mais comme on sait bien que votre bébé ne tétera indéfiniment et qu’il vous faudra vous lancer, voici quelques indications et conseils pour bien réussir cette étape.

Une petite définition du sevrage

Tout d’abord, le sevrage, ça veut dire quoi ? C’est un mot issu du latin “separare”, qui signifie séparer. On peut considérer que le sevrage est l’arrêt total de l’allaitement, mais en général, on parlera plutôt de la période du sevrage, qui peut être très variable en fonction des mamans et des bébés. Celle-ci s’étend du moment où l’allaitement maternel n’est plus exclusif, jusqu’à son arrêt définitif. Le sevrage peut donc passer par une période plus où moins longue d’allaitement mixte, et peut aussi comprendre la période de diversification alimentaire du bébé, en fonction de son âge.

Quelles sont les difficultés rencontrées par les mamans ?

Le sevrage de bébé est une transition délicate à gérer pour la maman et le bébé. En effet, on passe de l’allaitement maternel, qui est souvent un moment tendre et rassurant pour le bébé ainsi qu’un moment de plaisir pour la maman, à une toute autre alimentation. Le bébé et la maman doivent donc s’habituer progressivement à modifier leurs habitudes. Le sevrage peut être perçu comme une deuxième séparation après l’accouchement. C’est pour cela qu’il nécessite un travail, afin de permettre à la maman de reprendre un rythme de vie normal et au bébé de grandir et de gagner en autonomie.

  • Des sevrages précoces ou subis

Malheureusement, le sevrage de bébé n’est pas toujours volontaire. Il peut donc mettre un sacré coup au moral des mamans. Plusieurs problèmes liés à l’allaitement peuvent provoquer un sevrage subi: douleurs aux mamelons, bébé qui fait une grève de la tétée, manque de prise de poids…

Dans les cas de maladie, il arrive que la maman doive mettre fin à l’allaitement de manière anticipée, souvent à la suite de conseils médicaux. C’est notamment le cas lorsqu’il y a prise de médicaments.

  • Un regard négatif sur l’allaitement

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) préconise un allaitement maternel exclusif jusqu’à 6 mois. Les mamans qui choisissent d’arrêter l’allaitement avant ces 6 mois subissent parfois un regard négatif, tout comme les mamans qui décident de poursuivre l’allaitement après cette période de 6 mois.

L’allaitement maternel prolongé a en effet mauvaise réputation dans notre société. Les mamans qui font ce choix peuvent être confrontées à de nombreuses critiques de l’entourage ou du corps médical: accusations de surprotéger l’enfant, critiques des psys qui considèrent que cela empêche l’autonomisation de l’enfant… Pas toujours facile de rester zen.

Pourtant l’allaitement reste bénéfique pour l’enfant au-delà des 6 mois. Il est donc indispensable de respecter la volonté individuelle de la maman, son ressenti par rapport à l’allaitement, et le projet parental.

Quand sevrer bébé ?

Il n’y a pas vraiment d’âge recommandé pour commencer le sevrage de bébé. Le sevrage de bébé peut se faire avant 6 mois, ou au contraire bien après. Certaines mamans allaitent leurs bébés jusqu’à 1 an ou 2 ans, même si cela reste assez rare. Tout dépend donc de vos envies et de vos contraintes. L’essentiel, c’est que le sevrage soit volontaire, pour que vous le viviez bien.

Comment démarrer le sevrage de bébé ?

Il est plutôt souhaitable de ne pas faire un sevrage trop rapide. Cela permettra au corps de la maman de s’adapter et au bébé de ne pas vivre cette transition de manière trop brusque. Le sevrage doit se faire de manière lente et progressive, avec douceur.

Un sevrage trop brusque peut provoquer des douleurs à la poitrine, causées notamment par l’engorgement des seins.

  • Diminuez les tétées progressivement

Afin de diminuer les tétées progressivement pour passer de l’allaitement au biberon, le sevrage de bébé peut passer par une phase d’allaitement mixte à l’aide de lait artificiel premier ou deuxième âge. On remplacera donc une première tétée par un biberon contenant une préparation pour nourrisson. Puis on diminuera le nombre de tétées petit à petit. On peut les diminuer tous les 2 à 4 jours. On peut commencer par remplacer une tétée par un biberon en milieu de journée, puis quelques jours plus tard commencer à remplacer celle du soir et enfin on remplacera la tétée du matin.

Avant d’utiliser du lait infantile, la maman peut choisir de tirer son lait à l’aide d’un tire-lait pour donner son lait au biberon. Cela permettra au bébé de s’habituer progressivement au biberon.

Il s’agit donc au tout début d’un sevrage partiel, en conservant les tétées du matin ou du soir. Le sevrage sera définitif lorsque la première tétée de la journée sera remplacée par un biberon. L’allaitement sera alors terminé.

Si la maman utilisait déjà le tire-lait pour allaiter son bébé, il lui suffit de faire comme pour les tétées : de diminuer progressivement les séances de pompage.

Les tétées et les séances de pompage étant progressivement diminuées, la sécrétion du lait va baisser naturellement. Le risque d’engorgement des seins est donc réduit.

Par contre, avec la diminution des tétées, il est possible que les seins soient plus tendus et douloureux. Dans ce cas, prenez un peu de paracétamol pour calmer ces douleurs après la dernière tétée. Pensez également au massage des seins.

  • Prévoyez deux à trois semaines

Si vous souhaitez sevrer votre bébé en raison de la reprise de votre travail après votre congé maternité, essayez de démarrer le sevrage assez tôt pour ne pas avoir à gérer les deux en même temps.

Il faut compter une période de deux à trois semaines pour un sevrage confortable et agréable. Certaines mamans peuvent cependant poursuivre un allaitement mixte plus longtemps si elles le souhaitent. Prenez aussi en considération que si vous avez beaucoup de lait, il vous faudra sûrement plus de temps..

Exemple pour un nourrisson qui a 5 tétées par jours :
– les 3 premiers jours : 4 tétées et 1 biberon
– les 3 jours suivants : 3 tétées et 2 biberons
– les 3 jours suivants : 2 tétées et 3 biberons
– les 3 jours suivants : 1 tétée et 4 biberons
– les jours suivants : 5 biberons

Chaque maman et chaque bébé sont différents. C’est important que la maman soit à l’écoute de son corps et de son bébé pour réussir au mieux le sevrage.

Comment réussir la transition avec bébé ?

Il est également difficile pour le bébé d’arrêter les tétées. L’allaitement est très agréable pour lui. Il est dans les bras de sa maman, il sent son odeur, sa chaleur corporelle, et le contact de son sein. C’est une relation très forte qui unit le bébé à sa maman.

  • Adoptez une position confortable

Pour ne pas trop déstabiliser le bébé et qu’il accepte mieux le biberon, reproduire une position proche de l’allaitement maternel peut être une bonne solution. Vous pouvez essayer de donner le biberon en maintenant le bébé dans une position assise.

Surtout, n’hésitez pas à changer de place et de position jusqu’à ce que vous soyez à l’aise, et le bébé aussi. Certains bébés vont préférer être assis en face de leurs parents pour prendre le biberon, tandis que d’autres non. Dans ce cas essayez de tenir bébé de dos.

  • Ne forcez pas le bébé à boire

La tétine est très différente du sein de la maman, le bébé peut donc la refuser au début du sevrage. Pour faciliter la transition, vous pouvez tenter de reproduire les sensations de l’allaitement maternel. Commencez par lui chatouiller les lèvres avec la tétine du biberon et laissez ensuite le temps au bébé de l’apprivoiser. Mais surtout, n’insistez pas si bébé refuse le biberon, vous risquez de le braquer. Réessayez quelques jours plus tard.

Pour que bébé puisse téter à son rythme, on peut tenir le biberon à l’horizontale, en l’inclinant très légèrement pour qu’il y ait du lait dans la tétine. Le lait s’écoulera uniquement si le bébé tète, ce qui lui évite la sensation d’ingérer le lait sans aucun contrôle.

Dans le cas où le bébé refuse systématiquement le biberon, vous pouvez tenter de le lui offrir en dehors des heures de tétées, pour qu’il s’y habitue.

  • Faites appel au papa

Il peut arriver que le bébé refuse le biberon si c’est sa maman qui le lui donne. En effet, les bébés repèrent très bien l’odeur de leur maman et l’odeur du lait maternel.

Dans ce cas, il peut être judicieux que ce soit le papa, ou une tierce personne (grand-mère, nounou,…) qui donne le biberon, dans une autre pièce que la maman.

  • Donnez plutôt du lait tiède

Pour rapprocher au maximum le lait de substitution du lait maternel, donnez plutôt un lait tiède au bébé. Attention, pas de réchauffage au micro-onde qui ne chauffe pas toujours de manière homogène : les risques de brûlure sont importants.

  • N’oubliez pas les câlins

Les moments où la maman donne le sein sont aussi des moments de tendresse. Quand on diminue progressivement l’allaitement maternel, on peut aussi augmenter le nombre de câlins. Ainsi le bébé ne perdra pas au change, et ne se sentira pas délaissé !

Quelques petits conseils supplémentaires

Si vous ne savez pas quel lait de substitution choisir, n’hésitez pas à consulter votre pédiatre, votre médecin, votre puéricultrice ou encore une consultante en lactation. Ils pourront vous guider dans vos choix. La leche league donne également des informations intéressantes.

Attention également à choisir une eau minérale adaptée aux bébés, en vérifiant bien l’info sur l’étiquette. Même chose pour le biberon, car de nombreux modèles existent. Les biberons en verre, neutres et sans risques, sont souvent préférables aux biberons en plastique. Pensez également aux tétines physiologiques, plus proches de la forme du mamelon.

Références :

Liens associés

  • 82
    A l’heure où j’écris cet article mes amis, je suis devenu papa. Ma petite fille est née le 14 février. Quel meilleur cadeau aurais-je pu avoir pour la Saint-Valentin ! Nous nous habituons à cette nouvelle situation et prenons nos marques petit-à-petit. Dès le début, la question de l’allaitement a été…
    Tags: l, allaitement, bébé, lait, sevrage, biberon, alimentation, maternel
  • 81
    L'alimentation du bébé à 3 mois : une alimentation exclusivement au lait Le lait maternel Les atouts du lait maternel Selon certaines sources, le lait de chaque espèce est la mieux adapté pour les petits de cette espèce. Le lait maternel serait donc le mieux adapté. Du fait de la fragilité…
    Tags: lait, bébé, maman, maternel, biberon, allaitement, alimentation
  • 72
    Lorsque nous parlons de la diversification alimentaire à partir de 4 mois , c’est 4 mois révolu, soit le début du 5éme mois.  Il est également important de savoir que la diversification alimentaire ne doit pas démarrer au delà de 6 mois. En cas d'allaitement maternel, la diversification alimentaire peut…
    Tags: lait, bébé, diversification, alimentaire, l, biberon, alimentation
  • 72
    Mon bébé a déjà 7 mois et son alimentation ne cesse d'évoluer au fur et mesure des mois. Après avoir démarré la diversification alimentaire, désormais elle ne veut plus du biberon la journée. C'est un âge où les protéines animales peuvent commencer à être donner. Les recommandations de notre pédiatre…
    Tags: bébé, biberon, lait, alimentation, alimentaire, diversification
  • 71
    Lors du séjour à la maternité, lorsque nous avions des difficultés, les auxiliaires venaient nous voir pour nous filer un coup de main. D'ailleurs, je les remercie encore pour leur disponibilité et tous les bons conseils qu’elles ont pu nous donner. Le lait maternel a de nombreux avantages mais même…
    Tags: l, allaitement, maternel, bébé, alimentation

Laisser un commentaire